La profession

La Profession

Le rôle de l’audioprothésiste en bref

Il prend en charge les patients malentendants par la vente, sur prescription médicale, d’un appareillage qui inclut :

–La vente d’un appareil auditif

–Le suivi de l’appareil auditif qui se constitue par trois rendez-vous la première année et deux ensuite

–Avant l’appareillage : mesures audiométriques complètes, essais, prises d’empreinte des conduits auditifs,

–Lors de l’appareillage : programmation de l’appareil, adaptation progressive, formation à l’utilisation, gestion administrative (SS, Mutuelles, compte rendu ORL),

–Après l’appareillage : suivi prothétique régulier prévoyant au moins 3 séances de contrôle la première année et 2 par an durant toute la vie de l’appareil.

En moyenne, un audioprothésiste assure le suivi de 600 clients environ durant une année, dont une centaine seulement font l’objet d’une vente (1er appareillage ou renouvellement).

L’audioprothésiste est un professionnel de l’audition, il conçoit, réalise et adapte les appareils auditifs à ses patients à partir d’une prescription médicale. Un audioprothésiste doit se munir de certaines compétences telles que la compréhension, l’écoute et la capacité de s’adapter à ses clients. Ce dernier a pour rôle de proposer un réel dispositif médicale pour des personnes touchées par des troubles auditifs. L’audioprothésiste a pour mission de pallier la perte d’autonomie d’une personne malentendante et de répondre à ses besoins personnalisés.

L’audioprothésiste est le seul a pouvoir légalement appareiller et adapter une prothèses auditive à ses patients, il dispose d’un rôle indissociable à la bonne réussite d’un appareillage.

1.       Historique 

  • Le texte fondateur de la profession est la loi n° 67-4 du 3 janvier 1967 :

        Auparavant, ce qu’on appelait les « applicateurs détaillants d’appareils de prothèse auditive » n’avaient pas de statut propre.

        Ils exerçaient leur profession de façon exclusive ou simultanément avec une autre, souvent celle de pharmacien, d’opticien, d’orthopédiste, parfois encore de radioélectricien.

  • Cette loi a contribué à préciser quelques notions :

        Exclusivité de l’exercice de la profession (article L 510-1)

        Statut de commerçant (une exception parmi les professions de santé en France)

        La pratique d’une audiométrie prothétique

        Obligation de disposer d’un local professionnel (article L 510-4),

        Obligation de prescription médicale assortie d’une responsabilité exclusive en matière de choix d’appareil auditif

        Définition d’un diplôme d’État d’audioprothésiste (article L 510-2)

  • La législation en vigueur :

        La profession est régie par le Code de la santé publique au Titre VI de la quatrième partie « les professions de santé » (Accès direct au texte intégral)

        Les activités de l’audioprothésiste sont également encadrées par le Code de la sécurité sociale aux articles L. 165-8 et L. 165-9 (ajout PLFSS 2008)

 

En détails

Art L. 165-8 « La publicité auprès du public pour les produits ou prestations inscrits sur la liste prévue à l’article L. 165-1 ne peut mentionner que ces produits ou ces prestations peuvent être remboursés par l’assurance maladie ou par un régime complémentaire »

 

Art L. 165-9 « Tout audioprothésiste est tenu de remettre à l’assuré ou à son ayant droit, avant la conclusion du contrat de vente, un devis détaillé comportant le prix de vente hors taxe de chaque appareil proposé et de chaque prestation d’adaptation associée, ainsi que le prix net toutes taxes comprises à payer et le tarif de responsabilité correspondant figurant sur la liste des produits et prestations remboursables mentionnées à l’article L. 165-1 »

2.       Le métier d’audioprothésiste aujourd’hui

  • Qualification professionnelle 

        En France, formation d’audioprothésiste dispensée par 7 centres de formation avec entrée sur concours à niveau Bac

        3 ans de formation et obtention d’une licence professionnelle dans le cadre LMD (Bac +3)

        Les ressortissants d’un Etat membre de la Communauté Européenne ou partie à l’accord sur l’Espace Economique Européen, titulaires d’un titre permettant d’exercer dans l’un de ces pays, peuvent obtenir une autorisation d’exercice

  • Rôle de l’audioprothésiste

        L’audioprothésiste est un professionnel qui procède à l’appareillage des déficients de l’ouïe. Cet appareillage comprend le choix, l’adaptation, la délivrance, le contrôle d’efficacité immédiat et permanent de la prothèse auditive et l’éducation prothétique du déficient de l’ouïe

        La délivrance d’un appareil de prothèse auditive est soumise à la prescription médicale préalable et obligatoire du port d’un appareil

  • Statut de l’audioprothésiste

        Les audioprothésistes travaillent essentiellement dans le secteur privé, soit individuellement, soit au sein d’une société comprenant, en plus des responsables, 2 ou 3 audioprothésistes salariés

        Environ 40 % des audioprothésistes travaillent en libéral

        L’audioprothésiste peut posséder le statut de commerçant ou peut exercer comme salarié dans un laboratoire d’audioprothèse ou dans un magasin d’optique

        Il existe aussi quelques emplois dans le secteur hospitalier

 

        Plus de 2700 audioprothésistes exercent en France

 

  • Liens avec l’ORL

        L’ORL est le professionnel de santé qui va délivrer l’ordonnance à partir de laquelle l’audioprothésiste devra travailler

        L’ordonnance permet également au patient de se faire rembourser une partie des frais par l’Assurance maladie

        Il apparait que l’ORL connaît assez mal le rôle et le travail de l’audioprothésiste malgré la collaboration qu’ils sont censés entretenir (envoi des comptes-rendus d’appareillage, suivi du patient avec l’ORL, etc…)

        Les mutations en cours dans la profession (augmentation de la technicité, évolution « naturelle » des pathologies comme la presbyacousie et la surdité du fait du vieillissement de la population) vont entrainer une relation différente avec l’audioprothésiste.

        La collaboration avec les audioprothésistes devrait s’intensifier dans les années à venir

  • Liens avec l’opticien :

        Il est possible pour un audioprothésiste de travailler dans un magasin d’optique à condition que les deux espaces soit physiquement  bien séparés.

        Il existe déjà de nombreux « corners »  audition dans les magasins d’optiques et la tendance est à l’augmentation (ex : multiplication des corners dans les enseignes Optical center)

        La principale difficulté réside dans le fait de trouver des audioprothésistes prêts à intégrer une enseigne d’optique

Pour les audioprothésistes, les débouchés professionnels sont prometteurs dans le contexte sanitaire actuel (dépistage de la surdité de plus en plus précoce, vieillissement de la population, meilleur remboursement des appareils), ce qui va favoriser le développement de l’audioprothèse.

 

  • Forces syndicales autres que le SYNEA :

Créée en mars 1985, l’UNSAF (Union Nationale des Syndicats d’Audioprothésistes Français) dont le président est Louis Godinho, regroupe les trois syndicats d’Audioprothésistes libéraux :

  • Le Syndicat des Audioprothésistes Français (SAF)
  • La Fédération Nationale des Audioprothésistes Français (FNAF)
  • Le Syndicat National Unifié des Audioprothésistes (SNUA)

Seul l’UNSAF siège dans les instances représentatives comme l’UNPS

La population française est une des populations mondiale les plus satisfaites quant au port de prothèses auditives. D’après l’organisme d’enquête Eurotrack, le taux de satisfaction est de 86% contre 72 en Allemagne et 77 au Royaume-Uni

Actualités SYNEA