Comment choisir le bon audioprothésiste ?
16 octobre 2017
Remboursement public par rapport au prix
La prise en charge par la sécurité sociale en France
4 novembre 2017
Show all

Comprendre le taux d’équipement

Taux de Satisfaction

Le taux d’équipements mesure la part des personnes appareillées sur l’ensemble de la population malentendante.

Depuis 10 ans en France, le taux d’équipement a doublé pour atteindre aujourd’hui 34%

Bien que la France soit le mauvais élève de l’Europe, le taux d’équipement y est au même niveau que l’Allemagne et l’hexagone reste dans la moyenne européenne. Par ailleurs, il est important de préciser pour apprécier ce chiffre, que le taux d’équipement ne peut atteindre 100%, car les aides auditives ne sont pas la solution à toutes les pathologies.

Au Danemark, le taux d’équipement est de 47,8% notamment grâce à une prise en charge de 100%. On estime ce taux proche du niveau maximal. En théorie, le taux d’équipement ne peut dépasser 50% selon la communauté scientifique.

Par conséquent, il serait plus intéressant de mesurer le taux d’équipement non pas en fonction de la population malentendante, mais de la population appareillable. La population appareillable se distingue par le fait d’avoir consulté un médecin ORL et disposant d’une prescription médicale.

En France, on estime aujourd’hui que les deux tiers de la population appareillable sont équipés. L’Autorité de la concurrence a en juillet 2016 confirmé que : « Sur une estimation de 6 millions de malentendants en France, il existe un consensus pour dire que la moitié d’entre eux, soit environ 3 millions de personnes, seraient susceptibles d’être équipés. En effet, les prothèses auditives ne sont pas indiquées dans les cas d’hyperacousie, d’acouphènes ou de surdité trop légère. Sur ces 3 millions de patients appareillables, les données les plus fiables permettent d’estimer à près de 2 millions le nombre de personnes appareillées en 2015, soit 66 %. Dès lors, il apparaît que le marché français n’est pas encore arrivé à maturité, mais que sa progression y tend naturellement. »

Laurence Hartmann et Jean de Kervasdoué considèrent que 50% de la population est appareillable :

Tx d'équipement

Grâce à ce tableau, on constate que la France est en dessous des Pays du nord à hauteur de 8 à 10 points. Un écart probablement du à un reste à charge bien plus important que dans les Pays nordiques.

 

Nuancer le taux d’équipement par le taux de satisfaction et le taux d’observance :

Le taux d’équipement ne renseigne que sur la population qui possède un appareil et non la sur population qui utilise réellement sa prothèse. On doit donc nuancer le taux d’équipement par le taux de satisfaction qui révèle de fait le taux d’observance. On peut effectivement considérer qu’un malentendant satisfait par son appareil le portera contrairement à un patient insatisfait.

En France, le taux de satisfaction est de 84%. Il s’agit du taux le plus élevé d’Europe (72% en moyenne). Le taux de satisfaction renvoie aux utilisateurs qui estiment que leurs aides auditives fonctionnent mieux que ce qu’ils espéraient.

Ce haut niveau de satisfaction va de pair avec le taux d’observance comme le signale Jean de Kervasdoué et Laurence Hartmann.

 

Taux de Satisfactiontx d'observance

L’autorité de la concurrence partage cette analyse: « En France, le taux d’observance est extrêmement satisfaisant puisque seulement 10% des personnes appareillées ne portent pas leurs appareils ou les portent moins d’une heure par jour . Après l’Italie, la France compte parmi les pays qui affichent le meilleur taux d’observance avec l’Allemagne et la Suisse. En revanche, au Royaume-Uni, en Norvège et au Danemark, bien que le taux d’équipement soit plus élevé qu’en France, il semblerait que le taux d’observance y soit plus faible de moitié. »

On distingue deux modèles très différents :

  • Les modèles nordiques (Danemark, Norvège, Royaume-Uni) offrent un remboursement à hauteur de 100% qui permet comme on l’a vu plus haut, un fort taux d’équipement. Mais dans ces Pays, le taux d’observance reste bas. Ceci peut s’expliquer avec la gratuité des modèles qui impliquent indirectement que des gens s’équipent alors qu’ils n’en ressentent pas nécessairement le besoin.
  • Le modèle français ou le remboursement est basé sur un forfait avec un reste à charge de 60%, mais qui accompagné d’un très bon travail des audioprothésistes offre un taux de satisfaction et d’observance élevé.

Si l’on considère du point de vue de la santé publique qu’un non-port d’appareil à un impact semblable à celui d’une surdité non traitée. On peut dans ce cas, parler de taux d’équipements réel :

Il apparaît dans le tableau ci-dessous que la France a une prise en charge très faible (120€) par la sécurité sociale + 400€ des complémentaires santé pour un prix moyen par appareil de 1500€. Quoi qu’il en soit, il apparait que la France et l’Allemagne ont un taux d’équipement réel très proche alors que du côté de l’Allemagne le prix moyen est de 1200€ pour un remboursement de 840€, soit un reste à charge de 30%. La Norvège a également un taux d’équipement réel proche de celui de la France ou le taux de prise en charge est de 100%.

taux d'équipements réel

Grâce à ce tableau, on peut constater qu’en terme de santé publique, les audioprothésistes français compensent le reste à charge important par un taux de satisfaction et un taux d’observance également élevé.

Cette particularité française est à l’origine d’économies massives dans les coûts qui peuvent être évités. Jean de Kervasdoué et Laurence Hartman analysent : « Prenons la référence danoise, qui se traduit par 20 % de non-observants. Si en France 20 % des patients n’étaient pas observants (au lieu de 10 %), les coûts intangibles (ou valeur de la perte en qualité de vie) seraient majorés de 1 milliard d’euros ».

Par conséquent, les deux auteurs insistent sur la nécessité d’encourager le port d’aide auditive : « Il convient donc d’encourager l’accès aux aides auditives tout en donnant aux offreurs d’audioprothèses des incitations fortes au suivi des patients et en donnant aux patients des incitations fortes à consommer des services de suivi ».

Ainsi, cela demande d’être prudent envers la politique de l’offre centrée sur le prix dont le but serait d’augmenter le taux de port d’aides auditives sans augmentation de la prise en charge. Un équilibre doit être préservé si l’on ne souhaite pas que la qualité du travail des audioprothésistes soit de moins bonne qualité. On verrait dans le cas inverse, augmenter le taux d’équipement au détriment du taux d’observance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *