Qu’est ce que la surdité ? Qu’est ce que la presbyaccousie ?

Détection de la déficience auditive
La détection de la déficience auditive par l’audioprothésiste
17 juillet 2017
Dequelle manière les aides auditives améliorent la qualité de vie
Les bénéfices de l’appareillage
8 août 2017
Show all

Qu’est ce que la surdité ? Qu’est ce que la presbyaccousie ?

Oreille internet

Définition : la surdité renvoie à une altération qualitative et quantitative de l’acuité auditive. Cette dernière peut concerner une seule oreille, on parlera dans ce cas de surdité unilatérale et bilatérale dans le cas ou la surdité touche les deux oreilles.
La perte de l’audition est exprimée en décibels (dB), et peut être plus ou moins sévère.

Classification audiométrique des déficiences auditives selon le Bureau international d’audiophonologie (BIAP) :
– Une perte auditive entre 0 dB et 20 dB correspond à une audition sub- normal
– Une perte auditive comprise entre 20 et 40 dB pour la meilleure des deux oreilles constitue une “surdité légère”. Elle rendra les conversations de l’individu difficiles en milieu bruyant. Aujourd’hui, les normes d’appareillages préconisent de se munir d’un appareil auditif à partir d’une perte de 30 dB, bien qu’une thèse récente conseille de se munir d’aides auditives dès 15 dB de perte qui constitue le seuil d’une surdité dite “succinique”.
– On parle d’une “surdité moyenne” pour une perte auditive qui s’étend entre 40 et 70 dB pour la meilleure oreille. Une surdité moyenne rendra une conversation difficilement audible pour le porteur et ceux, même dans un endroit calme.
– La “surdité sévère” est considérée comme telle à partir d’une perte auditive comprise entre 71 et 90 dB. Un appareil auditif peut dans ce cas améliorer la perception dans un milieu silencieux, mais présume à un recours à la lecture labiale.
– Une surdité supérieure à 91 dB de perte est dite “profonde”. Les personnes atteintes de surdité profonde doivent impérativement avoir recours à la lecture labiale et à une implantation cochléaire.

L’étude de la surdité fait ressortir deux causes principales : les pathologies de naissance et la presbyacousie :

 

1. La distinction entre surdités néonatales (génétiques ou acquises intra-utérus et surdités développées au cours de la vie.

Pour les cas de surdités chez les jeunes enfants, l’aspect génétique demeure prioritaire. Les premières formes de surdités distinguées avant la naissance ou peu après la naissance sont dans la plupart des cas liés au développement d’une maladie chez la mère, pendant la période de grossesse (rubéole, Syphilis), de provenance génétique (syndromes d’Alport, d’Apert, d’Ushers) ou causées à la naissance (asphyxie à la naissance, administration de certains médicaments).
Les surdités peuvent ensuite toucher la personne quel que soit son âge et les causes proviennent notamment de maladies infectieuses (Méningites bactériennes, rougeole, oreillons, otite chronique,…), des effets indésirables de médicaments ototoxiques comme l’aspirine, certains antipaludéens) ou de causes mécaniques (traumatismes sonores, sur-exposition au bruit)

2/ La “surdité de transmission” ou “de conduction” et la “surdité neurosensorielle” ou “de perception”

La surdité de transmission provient d’une altération de l’oreille externe (comme l’aplasie, bouchon de cérumen ou d’un corps étranger) et/ou d’une infection pathologique (comme otospongioses, otites suppuratives, cholestéatome…). La plupart de ces pathologies peuvent être prises en charge avec une intervention chirurgicale.Oreille internet
Quant à la surdité neurosensorielle, elle se caractérise par une anomalie dans l’oreille interne (voir schéma), de la cochléen, constituée de 15 000 cellules cillées qui transforment le signal sonore capté en signal électrique qui sera transmis par le nerf auditif au cerveau. Une anomalie atteignant les cellules cillées peut créer une déformation du signal sonore.
Actuellement, la science et la technologie ne peuvent traiter totalement la surdité de perception par l’appareillage. La perte de qualité des informations liées à ces dysfonctionnements étant définitive.
90 % des surdités survenues dés la naissance sont d’ordres neurosensorielles, mais l’inverse n’est pas vrai. Les surdités neurosensorielles peuvent être causées par des affections neurologiques (syndrome de Ménière, sclérose en plaques, accident vasculaire), l’âge est également un facteur déclenchant, les maladies infectieuses, sur-exposition au bruit ou la prise de médicaments.

Au-delà de la distinction entre surdités de conduction et surdité de perception, on observe des cas de surdités mixtes avec des dysfonctionnements touchant l’oreille externe, l’oreille moyenne et la cochlée.

La presbyacousie est une surdité de perception se développant avec l’âge aux deux oreilles. La perte auditive débute sur les fréquences aiguës pour rendre les consonnes inaudibles.
La presbyacousie rassemble en réalité une pluralité de situations, on distingue notamment :
– Une presbyacousie sensorielle, marquée par la diminution du nombre de cellules ciliées ;
– Une presbyacousie nerveuse consistant en la réduction du nombre de neurones innervant la cochlée ;
– Une presbyacousie nerveuse liée à l’atrophie de la strie vasculaire, qui alimente la cochlée liquide (endolymphe) participant à la transmission du signal sonore en impulsion nerveuse.
– Une presbyacousie mécanique, touchant la membrane basilaire qui sépare les canaux de la cochlée.

La presbyacousie est évolutive et croît avec le temps (de 1 à 3 dB par an), bien qu’elle ne conduise que rarement à une surdité profonde, il existe certains cas (notamment les individus atteints de surdité précoce à forme d’évolution rapide) mais qui reste minoritaire. Néanmoins, en l’absence de traitement, les facultés cognitives peuvent être touchées, rendant la réhabilitation difficile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *